21/05/2012

PARUTION - Stéphane Vinolo, Clément Rosset: La philosophie comme anti-ontologie



Stéphane Vinolo, préface de Charles Ramond, L'Harmattan - "L'ouverture philosophique" - Mai 2012, 28 €

Depuis 1960, Clément Rosset creuse un même sillon philosophique : celui de la déconstruction de l’ontologie au profit de l’affirmation de l’identité de ce qui est et de ce qui existe. L’être et l’être-là se confondent dans le seul concept de réel. Pourtant, face à ce réel toujours simple, univoque, cruel et tragique, les Hommes inventent – avec les moyens conceptuels les plus puissants – ou se construisent – avec les outils les plus banals – des doubles rassurants et protecteurs : arrière-mondes, monde intelligible, vie après la mort, Être derrière les Étants, mais aussi devoir-être derrière l’être, identité profonde derrière l’identité sociale, visages derrière les masques, intentions derrière les actions, ou tout simplement refus de voir ; presque l’essentiel de la vie humaine consiste dans la création de doubles illusoires afin de nous protéger de la simplicité du réel. La duplication est donc le mécanisme protecteur essentiel face au tragique. 

Dans sa lecture de Rosset, Stéphane Vinolo revient sur les fondements mais aussi sur les conséquences ontologiques, psychologiques et politiques de cette duplication, non seulement en la mettant en perspective dans l’histoire de la philosophie, mais aussi en la questionnant de l’intérieur même du texte afin de pointer un paradoxe auquel Rosset ne peut échapper. Si l’on accepte de créer une anti-ontologie qui non seulement renverse mais de plus annule la distinction entre l’être et l’être-là, il se pourrait bien que nous soyons forcés d’affirmer, in fine, que paradoxalement il n’y a de réel que les doubles.